Le Trail de la Galinette, c’était comment ?

By TraileurZ The Mag
In CARNET TRAILS
Fév 11th, 2016
0 Comments
1288 Views

Le Trail de la Galinette, c'était comment ?

Le Trail de la Galinette, la course qui donne des ailes pour le reste de la saison. On se souvient tous de cette parodie du bon et du mauvais chasseur par les Inconnus avec ce légendaire lâcher de « galinettes cendrées ». Mais la Galinette n’est pas qu’un gallinacé c’est aussi un « trayiiiiiil »…

Dimanche 31 janvier, c’était donc le Trail de la Galinette à Cadolive (sur les hauteurs de Marseille). C’était pour moi l’ouverture de la saison 2016 après une bonne coupure post Diagonale des Fous. C’est le genre de course qui donne un peu la « météo » de la forme en début de saison. Pour se lancer, le trail de la Galinette est bien placé dans le calendrier. Samedi 30 janvier, j’arrive à Marseille après 3h de train. Il fait 17 degrés, je suis accueilli par un grand soleil, ciel bleu et par Sylvain, un ami de l’UTMB. Direction Cadolive à une trentaine de km de Marseille pour la remise des dossards. Le trail de la Galinette est organisé par le Marseille Trail club et son président Sébastien Telouk en partenariat avec Endurance Shop. L’équipe de bénévoles est constituée essentiellement de membres du club, des vrais coureurs passionnés et connaissant très bien la région. Cette remise de dossard me permet de revoir des amis rencontrés sur des courses diverses et variées et d’autres potes jusqu’à la virtuels. Un super maillot technique est offert aux coureurs avec le dossard, ainsi que plein de petits cadeaux donnés par les sponsors et partenaires de la course. On sent que l’organisation est bien rodée, l’accueil est chaleureux et familiale. Moi le petit Parisien que je suis je me sens presque comme à la maison. La Galinette c’est 3 formats de courses: La petite Galinette (11 Km 600 D+ passant par le mont Julien), La brèche du mont julien (25 Km 1200 D+) et les drailles de la Galinette (43 Km 2200 D+ ) passant au sommet du Garlaban. Je partirai le lendemain matin sur le 43km. Des supers guest cette année sur le 43km avec Emilie Lecomte (que je voyais enfin en vrai ), Caroline Chaverot, Vincent Delebarre et Diego Pazos qui fait 4ème sur la dernière Diagonale et 4eme sur la CCC. Pour avoir eu la chance de papoter avec lui un, Diego est un coureur vraiment sympa, qui ne se prend pas la tête, qui a un look bien décalé comme je les aime (je suis fan de son noeud pap’ de course), qui rigole tout le temps tout en étant sacrement doué ! Et entre méditerranéen d’origine, on se comprend !

.

Le Trail de la Galinette, c'était comment ?Dimanche 31 janvier 8h : ouverture des hostilités avec le départ du 43km. 350 coureurs partent à l’assaut du Garlaban et des hauteurs de Cadolive. Les conditions météo sont parfaites, ciel dégagé, températures plutôt douces et assez peu de vent … pour le moment ! Les premiers km sont courus dans les rues de Cadolive, une belle balade dominicale tout en montées et quelques escaliers (je suis fan de ces escaliers, ça me rappelle Montmartre). Puis très vite on attaque les sentiers et les singles. 3 ravitos sont prévus sur la course, au 11ème, 26ème et 37ème. On se retrouve sans même s’en apercevoir sur les crêtes qui surplombent Cadolive et la baie de Marseille ! On a beaucoup de chance, avec ce superbe temps le panorama est splendide, on en prend plein les yeux ! Mais attention il faut quand même regarder où on met les pieds au risque de faire une magnifique cascade sur ces sentiers techniques et très caillouteux ! Bienvenue dans le Sud ! Il y a comme un petit arrière-gout d’Andorre dans ces pierres ! La première partie de course jusqu’au Garlaban (26ème) est très compacte en terme de D+, on avale 1800m de montée en 26km. Et pourtant j’ai l’impression de courir et de relancer tout le temps ! Les sensations sont bonnes, les descentes sont assez techniques dans les chemins de pierres mais ça descend vite. Après le Garlaban, ça monte moins mais ça court encore plus. On à l’impression que la course est « roulane » comme dirait un petit catalan surdoué… Ça commence à piquer un peu dans les ischios, le D+ défile. Le passage du Garlaban et la descente qui suit se font sous de grosses rafales de vent plutôt fraiches ! J’étais pressé de redescendre pour trouver une accalmie ! Le panorama est magnifique, le « dieu du beau temps » est avec nous, à titre personnel, pour cette première de l’année, je prends énormément de plaisir sur ces sentiers. Je ferais les 3/4 de la course avec un petit groupe de 4 coureurs, on discute pas mal, ça met de bonne humeur, ça rigole ! Tous les coureurs prennent du plaisir sur cette course, qui pourtant n’est pas évidente ! Les bénévoles aux ravitos sont vraiment chaleureux ! Impossible de mourir de faim ou de soif vous y trouverez tous ce que vous voulez … fromage, pain d’épices, banane, coca et les sacro saints TUC , le meilleur ami du coureurs.

.

Le Trail de la Galinette, c'était comment ?

.

La fin de course est une succession de petites « bosses » et de belles relances avant de revenir sur Cadolive et de retraverser le village pour passer l’arche. A la montre j’ai 44.6km pour un peu plus de 2550m de D+, ça fait du rab mais quand on aime on ne compte pas ! Chez les hommes Diego Pazos arrive main dans la main avec Guillaume Porche pour une première place partagée en 4h15:18 suivi de Lucas Lhomond et Patrice Marmet aux 3èmes et 4èmes places. Chez les filles c’est Caroline Chaverot qui remporte la course avec une 10ème place au scratch en 4h47:47 devant Emilie Lecomte en 4h52:42 et Peggy Monge en 5h56:18. Sur le 25km victoire chez les hommes de Mathieu Boucherit en 2h09:56 et chez les féminines de Laetitia Dardanelli en 2h41:12. Sur le format court, victoire de Sébastien Martinet en 59:59 et chez les filles de Christine Delfino en 01h16:49

Après la course, une bonne douche et un bon repas de récup étaient offerts, de quoi vous faire regretter de devoir quitter le sud pour rentrer. Le trail de la Galinette c’est une organisation vraiment au top (garderie pour les enfants pendant que les parents courent), une équipe de bénévoles à l’écoute, souriante, sympa. Un tracé très aérien, aux petits oignons pour les coureurs tout en descentes techniques et en relances, un balisage et une sécurité au millimètre, des panoramas à couper le souffle. Mais le plus important est que sur la Galinette on est en famille. C’est le genre de rendez-vous qu’on note dans l’agenda pour les 2 ou 3 prochaines années, comme un incontournable.

Site du Trail de la Galinette : http://www.traildelagalinette.com/

Marseille trail Club : http://www.marseilletrailclub.fr/

Apostolos, à la sauce Grecque ce CR non ?

logo traileurz

.

.

.
Tous droits réservés, TraileurZ© 2016.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *