L’entraînement Bi-quotidien, vous y pensez ?

By TraileurZ The Mag
In LE COIN DU COACH
Jan 19th, 2015
0 Comments
3149 Views

L'entraînement Bi quotidien, vous y pensez ?

S’entraîner deux fois par jour n’est pas réservé seulement aux athlètes de haut niveau. Si votre disponibilité vous le permet, vous pouvez aussi passer à l’entraînement bi quotidien ! Et vous, vous y avez pensé ?

Il est impératif de savoir doser cet entraînement et de bien récupérer.

 La méthode présente de nombreux avantages :

  • Courir davantage de kilomètres,
  • Mieux répartir ses efforts,
  • Courir davantage en endurance tout en conservant son entraînement en résistance,
  • Pouvoir insérer une séance de P.P.G. (préparation physique généralisée),
  • Pouvoir aller courir le matin pour se mettre en forme avant le travail ,
  • Pour préparer la séance active du soir.

Si vous ne disposez pas de suffisamment de temps pour réaliser de longues sorties (hormis le week-end), vous pouvez opter pour l’entraînement bi-quotidien : par exemple, une courte séance le matin (avant le travail) ou le midi (pendant la pause déjeuner) et une deuxième, le soir, après votre activité professionnelle. Oui mais voilà, deux courtes sorties (de trois-quarts d’heure chacune) sont-elles aussi efficaces qu’une seule longue (d’une heure et demie)

Certainement !

Enchaîner, dans un court laps de temps, deux sessions d’entraînement est extrêmement efficace en termes d’adaptations physiologiques. Par exemple, l’oxydation des lipides est égale (voire supérieure) suite à deux courtes séances séparées par une brève période de récupération qu’après une seule longue séance. Elle augmente en effet avec la durée de l’exercice. A priori, rouler trois heures d’affilée semble donc plus favorable pour perdre du poids que deux courtes sorties. Or, après une séance d’entraînement (même courte), le métabolisme énergétique est stimulé pendant quelques heures. Si, au cours de ce laps de temps, une deuxième sortie est réalisée, l’oxydation des graisses est élevée, bien plus qu’au cours de la première séance.

.

L'entraînement Bi-quotidien, vous y pensez ?S’entraîner alors que le temps manque et pratiquer le bi-quotidien, nécessite d’être extrêmement bien organisé. Chaque séance doit être efficace donc constructive. Elle implique alors une extrême rigueur, dans la programmation et la réalisation des séances. La récupération doit également être optimisée : la qualité de l’alimentation et celle du sommeil doivent être surveillées. Comme il s’agit de quotidiennement gérer de nombreuses sollicitations (professionnelles, familiales, etc), toutes approximations (couchers tardifs, alimentation déséquilibrée, alcool…) se paient  à un moment ou à un autre et conduisent à des blessures. La rigueur est donc une qualité essentielle pour progresser en contexte de manque de temps. Tout relâchement excessif obligera le coureur, à la reprise de l’entraînement, à faire  d’importants efforts pour combler le retard pris. Tous ces efforts, inutiles (car pouvant être évités par une gestion  »intelligente » de la période de transition), se paieront là aussi à un moment de la saison par l’apparition de blessures, d’une lassitude mentale… Il est donc fondamental d’être constant tout au long de l’année, et ce même au cours de la période de transition.

 Si donc vous disposez de plus de temps pour vous entraîner, vous avez la certitude de tirer profit d’un travail plus régulier qui ne peut que vous rendre plus fort.

Au travail donc !

alexiajacquot.

.

.

Tous droits réservés, TraileurZ ©2015.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *