Sébastien Chaigneau le phœnix !

Sébastien Chaigneau le phœnix !

Qui ne connait pas Sébastien Chaigneau ? Au delà de l’athlète aux multiples victoires se cache un homme aux valeurs simples et concises. Il nous livre une interview exclusive après sa victoire, à 46 ans, sur l’Ultra Tour de Monte Rosa…

.

« Je pense qu’il nous faut faire attention à ne pas dériver, à être les gardiens de l’essence même de la pratique et de préserver la finalité initiale qui est ou plûtot était d’aller courir et découvrir les montagnes autrement qu’en marchant »Sébastien Chaigneau

.

TraileurZ The Mag : Bonjour Seb et merci de nous accorder un peu de temps pour cette interview ! Première question, comment s’est passé ton expérience sur l’UTMB, pour une fois tu as vécu la course de « l’extérieur » ?

Sébastien Chaigneau : « On peut dire cela comme ça ! En fait c’est une autre façon de vivre ce type d’évènement sachant que j’avais déjà pris 12 fois le départ avec la première édition en 2003, j’avais à cœur d’être présent sur l’épreuve mais pas pour la courir… En fait, lorsque l’équipe de la web TV m’a demandé si cela pouvait être jouable, et cela m’intéressait, j’allais pouvoir faire vivre par cet intermédiaire de façon encore plus proche et plus intime ces moments incroyables que l’on rencontre lors de ce type d’épreuve. Il y avait quelques essais qui avait été fait auparavant et qui n’avait été pas totalement concluants. Là c’était l’occasion… »

T.T.M : Est-ce que cela t’a donné envie d’y retourner t’aligner sur le départ ?

S.C : « De reprendre le départ oui peut-être un jour, mais ce n’est pas un objectif actuel surtout après avoir vécu cet UTMR (Ultra Tour Monte Rosa) la semaine d’après. En fait, mes motivations sont diverses, il y a beaucoup moins de monde, on peut faire le tour en étapes et il y a très peu de parties roulantes comme sur l’UTMB. De plus, le tour du Mont Rose est fabuleux avec ses paysages incroyables où durant la course tu viens tutoyer les glaciers et ce Cervin…whoa… »

T.T.M : Tu viens de remporter l’Ultra tour de Monte Rosa, peux-tu nous raconter tes sensations sur cette course ?

S.C : « Très belle course encore trop méconnue et que je considère comme une vraie course alpine avec du gros D+, très peu de roulant et splendide tout du long… Pour mes sensations ce fut très simple, car après ma semaine UTMB/CCC/OCC et les 140 kils courus je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai fait mon truc à mon rythme le 1er jour puis j’ai pu gérer avec la concurrence les trois autres jours et surtout profiter du décors… Ce fut pour moi une bonne session de préparation pour la suite et la fin de la saison… »

.Sébastien Chaigneau le phœnix !

.

T.T.M : On a eu vent que tu serais sur le TREG l’année prochaine, tu confirmes ?

S.C : « Oui très certainement, car là aussi j’ai découvert un pays, une famille, une organisation et un peuple fabuleux lors de ma première visite. De plus, beaucoup sont réticents par rapport aux dangers éventuels mais c’est loin d’être un problème et je dois avouer que tout est prévu pour se sentir en sécurité ! C’est aussi pour moi la possibilité de faire du volume en début de saison dans des lieux que je ne connais pas et ce type de découverte est incroyable. Il y a beaucoup d’animaux, domestique mais aussi des crocodiles, des singes, … c’est méconnus et cela mérite d’être vu et revu car c’est simplement fantastique. »

T.T.M : Les projets de Sébastien Chaigneau pour 2019 ?

S.C : « Je me met au programme quelques courses, je continue à travailler avec le massif des Bauges et le grand Chambéry pour proposer un nouveau concept qui sera annoncé très prochainement, je travaille aussi beaucoup avec les marques partenaires sur la Recherche et Développement pour de nouveaux produits bientôt disponibles sur le marché. Nous avons eu, suite à cet UTMB 2018, plusieurs demandes d’organisateurs par delà le monde qui souhaitent mettre en place le même type de visibilité, donc là aussi beaucoup de choses à organiser et à mettre en place. De plus, j’ai toujours mon projet de traversée des Alpes qui débutera fin Juin et qui s’achèvera début Août 2019, mais je garde ceci sous le coude et nous en reparlerons ultérieurement … (sourire) »

T.T.M : Une course en particulier qui te tient à cœur de courir ?

S.C : « Non pas spécialement, il y a tellement de nouveautés chaque année et tellement de beaux endroits à aller voir… J’aime beaucoup les courses techniques et ce nouveau statut de coureur cameramen peut aussi m’ouvrir la possibilité d’aller sur des épreuves de ce style. Mais pour cela il va falloir continuer à être en pleine forme… »

T.T.M : Un sujet que tu aimerais évoquer avec nous ?

S.C : « Oui, c’est surtout un constat que j’ai pu faire ces dernières années avec le recul dans la pratique. Je me suis rendu compte, en effet, qu’il y avait de plus en plus de coureurs et de plus en plus de courses, soit. Mais c’est surtout qu’il y a de plus en plus de consommateurs… Je m’explique : il y a de plus en plus de personnes qui viennent sur les épreuves pour le tee-shirt ou la médaille de finisher pour le résultat et qui, à aucun moment, vont avoir la préparation nécessaire ou ne serais-ce que de voir et lever les yeux afin de profiter de la nature et du milieu dans lequel ils vont évoluer. Je pense qu’il nous faut faire attention à ne pas dériver, à être les gardiens de l’essence même de la pratique et de préserver la finalité initiale qui est et qui était d’aller courir et découvrir les montagnes autrement qu’en marchant. Cette dérive entraine aussi une attitude déviante vis-à-vis de l’automédication pour un résultat à tout prix et qui peut très vite, en plus de mettre en danger la personne, aller vers une attitude de dopage préjudiciable… A méditer pour ne pas dériver… »

.

.

Page Athlète Sébastien Chaigneau

.

Propos recueillis par Grégory Julien Baron.

.

Tous droits réservés, TraileurZ© 2018.

 

 

Share Button

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*