Yoann Stuck, l’émergence d’un talent !

By TraileurZ The Mag
In ACTUALITÉS
Fév 11th, 2016
0 Comments
3317 Views

Yoann Stuck, l’émergence d'un talent !

Jérome est allé à la rencontre de Yoann Stuck pour une interview inédite (en deux parties) dans un restaurant branché de Lyon. Découvrez cet athlète hors norme de part sa personnalité et sa vision du trail, avec une bonne dose d’humour et d’auto-dérision…

.

« Les belles valeurs se perdent, « Les aventure de Nohann » nous prouvent le contraire. »Yoann Stuck.

.

TraileurZ The Mag : Bonjour Yoann, présentes toi en quelques mots : d’où viens tu ? qui es-tu ? depuis quand cours tu ?

Yoann Stuck : Je m’appelle Yoann Stuck, je suis le compagnon d’Estelle et le tout jeune papa de Charlee qui va avoir 1 an en mars. A l’heure actuelle, je bosse dans un magasin de sport dans le centre de Lyon. Je suis originaire d’Avignon dans le sud de la France. Juste avant de partir pour Lyon, je me suis mis à courir lorsque j’ai arrêté de fumer. En 2010, je fumais encore plus d’un paquet par jour et mon poids n’était pas le même qu’aujourd’hui. Il m’est déjà arrivé de peser presque 90kg. Ce mode de vie me correspond plus et je me sens beaucoup plus épanouie.

D’où te viens cette passion du trail ?

Lors de mon arrivée sur Lyon, je ne connaissais pas la région. Comme je commençais à courir et que j’y avais pris goût, j’ai commencé à découvrir les environs grâce au running. Je me suis perdu plusieurs fois, j’ai donc allongé la distance en m’orientant de plus en plus dans les chemins. J’ai adoré le coté nature lié au sport. Venant d’un petit village où la pollution est quasi inexistante, et la nature presque omniprésente, ce fût naturel pour moi d’aller vers le trail. C’est un moment aussi privilégié de pouvoir couper du coté très urbain de Lyon. Après, rien ne m’empêche de me faire plaisir et d’aller courir en ville. Je fais d’ailleurs un petit parcours urbain après mon boulot en faisant par exemple plusieurs centaines de marches.  

On te voit surtout sur le trail urbain, mais vas-tu aller sur des trails de montagnes avec plein de neige partout, toussa toussa ?

Selon moi, un bon coureur doit être un coureur polyvalent. Un coureur très technique mais peu rapide n’est pas le meilleur coureur, ce qui est la même chose à l’inverse. Je n’ai jamais fait de courses très technique mais je suis allé quand même en montagne avec un dossard. J’ai fait par exemple la CCC ou la 6000D. Mon but est de découvrir le monde en famille, alors je suis prêt à découvrir des passages très techniques où le vent nous mènera. Le grand raid est pour moi une fabuleuse course mais je sais qu’actuellement, je suis incapable de pouvoir réaliser une bonne course. Chaque chose en son temps.

Parles-nous de TTT ? Nous rappelons qu’il y a 15 jours tu nous a fait un petit tour de Lyon de 60km… histoire de visiter la ville…

Le Town to trail est une idée qui m’est venu comme ça lors d’un run. J’entends tellement de coureurs disant que le trail ne peut se faire qu’en montagne et qu’un vrai traileur ne peut être qu’un montagnard, pour moi c’est faux. Certes, les entrainements doivent être différents mais tout le monde peut réussir que l’on soit en plaine comme en montagne. Après, j’étais le premier à critiquer la ville de Lyon par sa pollution ou encore ses bouchons. Pour me rattraper vis à vis d’elle, je me suis dit qu’il serait possible de montrer aux gens qu’il est possible de s’amuser dans une grande métropole. Qu’il est aussi possible de trouver du vert et même du sentier en forçant un peu tout en passant par de magnifiques spots. Le premier fût un exemple lorsque nous sommes partis à 5h du mat pour aller dans les monts d’or. On a ensuite tourné un peu et nous sommes revenus au point de départ. On a vu de la ville, des marches, du single, du roulant et on s’est surtout éclaté. Tout cela avant de bosser. J’ai fait cela à Lyon, mais les prochains TTT iront ailleurs pour faire découvrir les villes aux gens. Tout le monde peut y participer car il n’y a pas de chrono et aucun record à battre. Et cela peut se faire en run, en vélo ou avec d’autres moyens de locomotion. Je suis satisfait de défendre ces valeurs de libertés et d’unir les gens par la même passion. Le town to trail défendra également à chaque sortie une association ou une cause. Comme ces rendez vous sont assez roots, j’ai créé un blog et non un site pur (l’actu sur www.towntotrail.blogspot.fr)

.

.

Tu es aussi très impliqué dans « Les aventures de Nohann » peux-tu nous en dire quelques mots ?

Je suis fier de représenter les aventures de Nohann au travers de mes courses. Le petit bonhomme me donne une motivation et force à chaque sortie. C’est le plus grand des champions que je connaisse. Il m’épate à chaque fois. Une page facebook et un site internet sont sur le net afin de connaitre l’association. Malgré un handicap, il est possible de s’évader. je suis très heureux d’avoir rencontré Nohann et ses parents. Les belles valeurs se perdent, ils nous prouvent le contraire. 

Bon Yoann, trêves de plaisanteries, tu cours comme un lapin, tu es gaulé comme un stick de bretzel et la on se tape un méga hamburger …. quel est ton secret pour garder la ligne mise à part les 50km par jour…

Je ne mange pas des burgers tous les jours mais j’aime me faire plaisir. Après une grosse séance le matin, j’aime me récompenser avec un bon burger chez Guy & sons. C’est comme la bière, l’hydratation est importante. C’est vrai que la ligne est importante mais se faire plaisir l’est plus pour moi. Le trail est une chose secondaire et éphémère. Le sans gluten et le sans lactose n’est pas pour moi, c’est bien trop contraignant. 

Bon et sinon tu arrives à gérer les sorties et le boulot toi ?

J’essaye surtout de gérer la famille, les sorties et le boulot. Ce sont de longues journées avec une belle organisation car je bosse à 40h par semaine et que je veux être présent chez moi. Mon orientation professionnelle va d’ailleurs changer. Je vais dans quelques temps passer un diplôme afin de pouvoir exercer la fonction de coach. Le contact avec les gens et les aider dans une bonne direction me plait plus que tout. J’ai aussi fait le tour dans ce que je fais en ce moment. Contrairement à ma vie d’avant, je déteste plafonner ou stagner. On verra où mes pieds me traînent ensuite.

Pour cette nouvelle année ? Et côté trail : quels sont tes objectifs ?

Pour le moment, je m’entraîne, je retrouve les sensations et je verrai par la suite. Je vais essayer de faire une saison complète contrairement à l’année dernière qui avait été difficile sur la fin. Ce que je peux dire c’est que je serai à l’Ècotrail à Paris en mars. Après, on va se faire plaisir et partager avec le monde qui me suit.

Propos recueillis par Jérome thierry.

logo traileurz

.

.

.

Tous droits réservés, TraileurZ© 2016.

Share Button

Incoming search terms:

  • yoann stuck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *